Allianz & nous de A à Z (page 2)

Le F de Fosse à vidange :

« Pourquoi la fosse à vidange semble-t-elle être si importante à vos yeux ? »

C’est vrai nous ne sommes pas du tout passionnés par l’automobile et la fosse à vidange est un trou au milieu du garage que nous n’utilisons pas … et pourtant nous y tenons !!!
Elle est la preuve flagrante de ce que nous subissons. Une fosse à vidange pleine d’eau en période de sécheresse : qui peut naturellement adhérer à ça ? Nous rappelons que l’ancien propriétaire passionné de mécanique n’avait pas ce problème et notre fils qui a quitté la maison en 2007 non plus !

Notre ville a subi des catastrophes naturelles de deux ordres :
- écoulement de boue
- sécheresse

Pourquoi l’ancien propriétaire qui a connu plusieurs catastrophes d’écoulement de boue alors qu’il habitait la maison n’a pas subi ce type de problème ? Les écoulements de boue se font bien par temps de pluie non ? Les experts ne regardent pas cette fosse ils détournent le regard et oublient son existence (un expert vient la première fois et soumet l’idée qu’elle serait remplie par une source et dans le second rapport elle disparait) et pendant ce temps nous ne cessons de la vider qu’il fasse beau ou pas, un peu plus souvent ou un peu moins !
Le pire est qu’aucun expert n’a apporté la preuve d’une autre raison à cette présence d’eau que celle apportée par les experts d’assurés de LAMY et par les géologues.

 

Le G de Griefs :

« Que reprochez-vous exactement à ALLIANZ ? »

Voici une liste véritablement non exhaustive :

- non respect du contrat
- non respect et négation de la législation (date de déclaration de sinistre, article 640 code civil, article 1315 code civil)
- mise en danger de nos vies :
-> exposition au monoxyde de carbone
-> conditions de vies insalubres : exposition au froid hivernal de notre famille dont notre petit fils de 2 mois, maison humide, etc…
- perte de salaire de mon mari suite aux pressions subies avec risque de perte d’emploi (notre assureur étant son employeur)
- perte de notre maison dont le crédit n’est toujours pas terminé
- privation de nos droits par une intervention dans notre procès contre nos voisins avec pour objectif de nous faire perdre certainement, et pour se protéger dans des démarches ultérieures (devant le médiateur des assurances pour commencer)
- défaut de qualité : ils nous ont fait croire que nous étions en rapport avec un médiateur ALLIANZ pendant 1 an. Bien que porté à la connaissance du vrai médiateur des assurances, ce dernier nous a tout de même renvoyés en médiation… pendant ce temps nous assumons le quotidien.
- abus de faiblesse sur mon mari en particulier : on l’a convoqué pendant son arrêt maladie alors qu’il était sous forte médication d’anti-dépresseur, on m’a interdit de l’accompagner au rendez-vous sous prétexte que l’on y parlerait retraite et que c’était confidentiel (pour moi son épouse ?) ! Une fois sorti, il ne m’a parlé que licenciement !

 

Le I d’Intimidation :

« Franchement, ils ont l’air d’avoir des moyens, vous ont-ils intimidés ? Comment ? »

Nous nous sommes sentis intimidés par les inspecteurs et les experts d’ALLIANZ. Par exemple, ils nous ont dit que nous encourions du pénal pour avoir versé de la grenadine pour colorer l’eau par temps de pluie… Il fallait cacher ce film et ne plus jamais en parler ! Vous pouvez le télécharger si vous le souhaitez ! :roll:
L’absence de réponse pour nous décourager, les rappels à la loi avec extrait partiel et dont le texte est changé, et le soutien de leur inspecteur et de l’expert à notre expertise judiciaire à la cause des voisins nous sont apparus comme des méthodes de déstabilisation.
La convocation de mon mari qu’ils savent handicapé et qu’ils savaient en détresse psychologique pour lui parler licenciement et faire peser la perte de revenu sur le foyer…
On nous a par exemple envoyé l’article de loi comme quoi nous devions prouver tout ce que nous déclarions. Notre ancien assureur (il était là pour nous décidément) nous a dit que l’article était aussi exigeant à l’égard de l’expert d’assurance qui doit fournir les preuves techniques de ces analyses et il nous a invité à aller voir sur le site Legifrance. Merci à notre contact chez EUROFIL.
Évidemment, dire que l’on suppose qu’une source existe en période de sécheresse sans analyse de géologie est l’exact opposé de ce qui incombe à l’expert d’assurance si on se réfère à l’article de loi 1315 et au travail que doit fournir un expert .
ALLIANZ sera plus clément avec ces experts, c’est humain car ce sont leurs collègues de travail « directs » et des prestataires qui peuvent les défendre …
Et que penser d’un expert qui ne dit rien sur un voisin qui peut construire illégalement une construction non conforme et passer son terrain de dominé à dominant ou encore changer le sens des ruissellements ? Pourquoi un expert qui voit que le terrain était en cuvette à partir du notre soutient l’idée que la construction nous protégerait peut-être plus qu’avant ? Est-ce objectif et déontologique de la part d’un expert ? Je vous pose la question et vous pouvez me répondre.

 

Le J de Justice :

« Vous évoquez des faux chez ALLIANZ et une intervention lors d’une procédure judiciaire. Pourriez-vous préciser ? »

Il y a tout d’abord cette expertise de M. PS d’ELEX qui diffame et nous dénigre. Elle nous salit et use de procédés purement déloyaux comme une déclaration à peine masquée d’ALLIANZ à l’expert judiciaire contre nous pour nous charger afin de nous priver de notre droit à réclamer réparation en justice contre nos voisins.
ALLIANZ attend avec l’aval du médiateur des assurance l’issue de cette expertise pour faire valoir leurs droits. On peut certainement rapprocher le travail de l’expert et de l’inspecteur mandatés par ALLIANZ à ce qu’ils en attendent.

L’expert d’ELEX réécrit son arrivée le jour de notre expertise judiciaire alors que les experts d’assurés, notre avocat et notre fils étaient témoins de la scène. A part l’inspecteur ALLIANZ les propos de l’expert ne seront défendus par personne ! Il ne faut pas oublier qu’un avocat prête serment !
En effet nous les avons autorisés à rester lors de l’expertise judiciaire et l’expert écrit que nous les avons refusés mais alors comment auraient-il pu être présents puisqu’ils ne sont ni tiers, ni partie dans ce procès ?

Deuxièmement, prétendre que le marbre était endommagé avant contrat alors que nous avons la preuve sur photo que le marbre n’était pas fissuré après souscription qu’est-ce ? Nous avons aussi une expertise immobilière de 2008 (maison de plus de 25 ans) le marbre n’avait pas encore de défauts et pourtant on nous dit que c’est un choc climatique (dernier en date 2003 !)…

Le plus grave est que l’on nous a fait croire que nous parlions à un médiateur d’ALLIANZ (dernière démarche avant le Médiateur des Assurances) alors que ce n’était pas le cas ! Du coup le Médiateur des Assurances nous a renvoyés en médiation (encore du temps de perdu et des frais pour nous). Situation qui convient à ALLIANZ bien sûr.

 

Le L de Lois :

« Le contrat fait loi non ? »

Et bien oui et non ça dépend… Par exemple, il est dit qu’en cas de ruissellement d’un tiers identifié ou non il y avait prise en charge et bien le premier rapport considérait que c’était tout le monde mais que nous n’avions pas de dégâts (une fosse à vidange remplie d’eau n’annonce pas de problème à venir comme tout un chacun s’en doute – oui encore la fosse …) et la deuxième expertise parlait de notre chance d’avoir une source (non trouvée à ce jour) en période de sécheresse ce qui n’entre plus dans le contrat.
Vous avez une protection juridique mais quand il s’agit d’attaquer un expert de la maison mère sur preuve de faux et de manquement grave alors on vous refuse l’ouverture du dossier.
L’absence de recherche de la cause qui ne sera pas fait aussi … autant de point sur lesquels nos contrats ne sont pas respectés.

 

Le M de Maison :

« Comment allez-vous gérer l’avenir par rapport à votre maison ? »

Et bien c’est une question complexe qui nous occupe souvent l’esprit.
Si nous la vendons, nous la vendons à la moitié de sa valeur, grosso modo nous remboursons tout juste le crédit et n’avons rien d’autres après avoir payé toute notre vie pour avoir un chez nous.
Nous nous retrouverons donc sans maison et dans l’incapacité de prendre un nouveau crédit à cause du statut de Gilles (handicapé 80 % arrêté pour dépression avec une menace lourde sur son travail à la sortie de son arrêt maladie).
L’avantage nous n’aurions plus à assumer ce quotidien, bien que le nouveau quotidien risque d’être très problématique aussi…
Si nous restons nous aurons à assumer le quotidien mais on reste chez nous jusqu’à ce que ce soit trop insalubre ou dangereux. La question est de savoir si ce sera bientôt ou pas… J’ai bien sûr beaucoup de craintes sur ce sujet, et il m’arrive d’être vraiment prise d’angoisse car si en plus Gilles se fait virer à cause de sa situation vis-à-vis d’ALLIANZ alors nous allons avoir de vrais problèmes.
Je mise sur le positif, que Gilles guérisse, et que la maison ne bouge plus, bien sûr après toutes ces années d’efforts pour être propriétaires d’une belle maison que nous aurions transmise à nos enfants nous allons leur léguer des ennuis et une ruine.

 

Allianz & nous de A à Z (page 1) Allianz & nous de A à Z (page 3)