Une déclaration… (page 1)

Il ne s’agit pas d’une déclaration d’amour mais de l’ouverture de notre premier sinistre :

 

Premières expertises :

Nous osons penser que tout le monde s’attend à ce qu’un expert relève une réalité technique, donc si ALLIANZ envoie deux experts ils doivent avoir le même avis car une réalité technique ne peut pas varier… et bien non et cela ne perturbe pas ALLIANZ qui ne demandera pas à ses experts d’expliquer leurs divergences et qui jongle d’une expertise à l’autre et donc d’une contradiction à l’autre. Cela est-il si habituel que ni les experts ni les assureurs ne réagissent ?

Un premier petit exemple d’un mail du 16 septembre 2011 à 08:11 sans réponse après de nombreuses sollicitations :

« Monsieur A.D (CUNNINGHAM & LINDSEY) affirme ( page 5 ) que le ravalement de ma maison est constitué d’une mono-couche de peinture. Monsieur M.D (SARETEC) affirme ( page 5 également) que le parpaing cassé est un décollement d’enduit. S’il n’y a pas d’enduit comment peut-il se décoller ? »

Et nous signalerons déjà ces incohérences dans un courrier du 14 novembre 2010 et après 6 mois d’inaction, sans qu’aucune mesure n’ait été entreprise alors qu’au moins un expert parlait d’un dégât des eaux ! Très étrangement, plus la procédure avance et plus nos problèmes sont diminués par les experts d’ALLIANZ

Extrait courrier ALLIANZ : avis dépend de l'expert d'assurance pas de la réalité technique.

Le contrat prévoit la prise en charge de dégâts même sans responsabilité établie, mais pour éviter de revenir les déranger à chaque pluie et ayant eu l’opportunité de voir et de comprendre d’où l’eau arrive par temps de pluie (et non par temps sec comme les experts), nous souhaitions qu’ALLIANZ agisse avec nous pour leur éviter de payer systématiquement. C’est même prévu dans notre contrat. Notre honnêteté ne sera pas notre meilleur atout.

Extrait du contrat ALLIANZ :

Extrait du contrat ALLIANZ (section dégâts des eaux).
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Les expertises deviendront de plus en plus « à charge » voire mensongères (voir la section
« show judiciaire » avec l’inspecteur ELEX), sinon nous vous souhaitons une bonne immersion dans les eaux troubles de cette affaire !

Lors de la deuxième expertise l’expert déclarera avec certitude, à propos des fissures qui abiment le sol où nous avons vu les ruissellements arriver, qu’on ne peut pas les dater et laisse sous-entendre dans le même temps qu’elles datent d’avant la souscription du contrat ! L’expert interviendra sous le contrôle de l’inspecteur ALLIANZ qui sera informé des erreurs.

Expert CUNNINGHAM LINDSEY : le non-datable est daté d'avant...

C’est en travers (?), vous voyez des fautes…et bien c’est ainsi que la numérisation nous a été communiquée, excusons les fautes car mon texte n’en est certainement pas exempt  . :oops:

De toute façon peu importe, pour rappel à M. l’expert, c’est la date de prise de connaissance du sinistre qui compte…Voici deux photos à trois ans d’intervalle, première photo la dalle a 26 ans, sur la seconde 29 ans (1 an après notre déclaration)… On voit bien la violence de l’apparition des fissures… mais non toujours pas…

Photo évolution de la dalle de garage 2009-2011.

Accueil - Allianz Employeur et Assureur Une déclaration... (page 2)