Les pièces à télécharger (page 4)

Rapport de l’expert M. MD de SARETEC :

Cliquer pour télécharger le rapport de l'expert SARETEC.

Les points forts :

  • Pas de rencaissement significatif, Près d’un mètre par rapport aux terres d’origine n’est donc pas significatif selon l’expert qui ne parle pas des terres d’origine.
  • Pas de trace de rencaissement récent sur le terrain voisin : bien sûr car ils l’on fait en 2006 / 2010 pendant les travaux de construction de la terrasse et encore ensuite progressivement. Nous l’ignorions car cela se situe derrière nos thuyas et que nous ne passons pas notre vie à voir si ce que fait le voisin est légal, beau, bien, etc… Ce serait légèrement intrusif et pourrait répondre à du harcèlement ou une atteinte à la vie privée. Mais cela ne change rien aux changements de nature du terrain qui passe de dominé à dominant sans canaliser ces ruissellements et l’expert ne le mentionne pas non plus. Il s’agit de l’expert missionné par notre assistance juridique (filiale ALLIANZ).
  • La partie sur le grillage c’est parce que nos voisins se plaignent de son état. Aucun expert ne s’est encore demandé pourquoi le grillage est beaucoup plus endommagé de ce côté que des 3 autres côtés de notre propriété. Les experts par ailleurs relèvent l’importance des dommages mais ne relèvent pas le fait qu’il est enterré et que le poids de la terre n’est certainement pas sans conséquences sur les dégâts qui se manifestent.
  • Un décollement de maçonnerie qui ne doit pas exister si on se réfère à un autre rapport d’expertise d’ ALLIANZ…
  • Les autres éléments : terre d’origine, niveau du terrain avant la nouvelle construction et ses remblais ne sont pas mentionnés.
  • L’expert procède à des conclusions mais souhaite une expertise contradictoire avec les experts voisins alors que nous allons refuser étant donné que nous ne voyons pas comment il y aura du contradictoire puisque tout est déjà entendu (sauf que nous n’avons pas été écoutés).
  • L’expert sans expertise de géologie, sans gratter le sol juste en regardant le sol va déterminer que nos problèmes sont le fruit de mouvement du substratum (autrement dit ce n’est pas de la responsabilité du voisin). Il ne rapprochera pas ces problèmes récents de la construction et des remblais récents. Encore un autre « pouvoir paranormal » ?
  • L’expert parle de stagnation d’eau… Avons-nous jusqu’à présent parlé de stagnation ou de ruissellements ? Le film porte sur les ruissellements ou les stagnations ?
  • L’expert est architecte, il ne parle pas de l’absence de permis de construire, il ne s’intéresse pas à la non conformité, ou il ne relève pas que la construction contrevient au POS. Par ailleurs, il ne cherche pas à déterminer si la construction bâtie sur une cuve à fioul est aux normes.

En conclusion :

Le terrain dominé du voisin est devenu dominant mais sans qu’il y ait de rupture significative des pentes vers chez nous. Donc nous avons en tout cas des ruissellements mais en fait les ruissellements ne sont responsables d’aucun préjudice : nos dégâts sont le résultat des décompressions du substratum. L’expert pour en arriver à cette conclusion le fait sans la moindre analyse technique, et nous allons donc dire que la fosse à vidange remplie d’eau c’est aussi des mouvements du substratum ? Et pourquoi aurions nous des mouvements de substratum maintenant et pas sur les années précédentes ?.
Vous le verrez : pas la moindre analyse de géologie n’est présente. Tous les géologues que nous avons joints sur notre problème nous ont dit qu’ils étaient tous incapables sans carottage et sans revenir à plusieurs moments de savoir s’il existe des mouvements du substratum pouvant être responsables de nos sinistres. Notre budget de protection juridique sera amputé par cette expertise d’à peine 7 pages de près de 2000 euros. L’expertise de géologie par contre (qui coute le double pour plus de 30 pages avec des analyses très complexes) sera refusée par notre protection juridique ALLIANZ sans motivation alors qu’elle démontre la réalité des ruissellements et l’absence de source.
L’expert manifeste plus de volonté à démonter nos propos voire à les travestir. Par exemple, il parle de stagnation d’eau alors que notre problème porte sur un excédent de ruissellements qui se voit par exemple par les infiltrations de la fosse à vidange. Enfin, si l’expert tente de soumettre l’idée que le sol ne contient pas d’eau alors il est mis à mal par les conclusions d’une véritable expertise de géologie avec carottage et analyse du volume d’eau.

 

Le Rapport de Géologie :

Cliquer pour télécharger le rapport de géologie.

Les points forts :

  • On peut y lire que notre terrain n’a pas de source
  • On peut y voir que le sol est saturé d’eau en période de sécheresse au niveau de la zone où tous nos problèmes se déclarent.
  • Plein de tests et de mesures très complexes que nous ne sommes pas en mesure d’analyser.

En conclusion :

Sans source sur la zone d’arrivée des ruissellements que nous avons déclarée la terre est saturée en eau. Elle est à l’état de boue et parfois plus à l’état liquide que solide ce qui peut expliquer que notre maison s’affaisse. Cette expertise qu’ALLIANZ n’a pas souhaité financer alors que c’était contractuel apporte la preuve que nous n’avons pas d’eau en haut de notre pente (par où arriveraient selon certaines expertises nos ruissellements) mais qu’on retrouve de l’eau en partie milieu par où nous avons déclaré voir arriver nos ruissellements depuis le terrain voisin. Sans motivation aucune de la part d’ALLIANZ nous ne pourrons pas être pris en charge au niveau de l’assurance ou de la protection juridique. Cela nous prive financièrement de notre droit à être indemnisés ou pris en charge mais aussi maintient notre fardeau et nous interdit tout droit de réponse.

 

Refus de prise en charge par l’inspectrice Mme CB :

Cliquer pour télécharger le refus de prise en charge par l'inspectrice ALLIANZ.

Les points forts :

  • L’inspectrice d’ALLIANZ constate que le rapport Lamy utilise le conditionnel sur une page et qu’il affirme sur la page suivante que les ruissellements sont à la cause de nos préjudices. L’expert selon elle n’affirme ou ne confirme les ruissellements.
  • L’inspectrice déclare que pour pouvoir valider la réalité des ruissellements il faudrait être présent lors d’une pluie importante, mais malgré tout, vu que la construction voisine est antérieure à la souscription du contrat, nous ne pourrions pas être pris en charge.
  • Enfin, elles déclarent que nos sinistres survenus après souscription de notre contrat sont antérieurs au contrat… … …

En conclusion :

L’inspectrice ALLIANZ, déclare que pour constater la réalité des ruissellements il faudrait venir sur place. Elle ne cherchera pas à le faire, donc nous lui offrirons le film. Ensuite, elle reproche à l’expert de ne pas prendre une position tranchée (nous rappelons que son expert n’a pas fait mieux, cf rapport CUNNINGHAM & LINDSEY) ce qui est vrai puisque l’expert soupçonne très fortement la cause comme étant les ruissellements et attend une étude de géologie pour valider ou invalider son hypothèse.
Par la suite l’inspectrice qui serait juriste fait l’impasse sur le code des assurances qui veut que ce soit la date de prise de connaissance de l’apparition d’un sinistre qui compte et pas la date de la cause qui en est responsable. Cette présentation a pour but d’échapper aux obligations du contrat. Pour appuyer le refus, l’inspectrice conteste la réalité des ruissellements sans apporter la preuve contraire. Elle établit donc le refus contrairement aux obligations légales (date d’apparition du sinistre) et contractuelles (prise en charge des ruissellements que le tiers soit identifié ou non).

 

Expertise LAMY suite aux dégâts sur marbre :

Cliquer pour télécharger l'expertise LAMY.

Les points forts :

  • l’expert trouve une fissure indiquant un léger tassement dans un angle de mur
  • l’expert considère que les fissures constatées ne sont pas dangereuses pour le bâtiment, contrairement à l’expert CUNNINGHAM & LINDSEY il ne dit pas que la solidité de l’ouvrage n’est pas compromise
  • l’expert réclame la prise d’une mesure conservatoire contre les ruissellements pour protéger le bien. La mesure ne sera pas prise par ALLIANZ. La maison bougera à peu près 3 mois après le rapport de manière conséquente.
  • L’expert signale que la construction n’est pas conforme et qu’aucun permis de construire ne semble déposé.

En conclusion :

L’expert, croit plausible la thèse des ruissellements (fonte des neiges de novembre entre autre). Il ne pourra pas trouver de trace du motif des désordres du marbre. La poutre du garage de la maison qui s’affaissera 3 mois après en fournira l’explication.
En attendant l’expert estime qu’il est déjà nécessaire d’intervenir pour protéger la maison et limiter les dégâts. ALLIANZ ne le fera pas, et restera sur l’avis de l’inspectrice qui validera l’expertise de l’expert de CUNNINGHAM & LINDSEY qui affirme que la solidité de l’ouvrage n’est pas compromise et que les dégâts seraient le résultat d’un choc thermique et d’une découverte tardive des fissures du dallage du marbre.

 

Mail sur la privation de chauffage :

Cliquer pour télécharger le mail sur la privation de chauffage.

Les points forts :

  • Mail d’octobre 2011, soit 5 mois après déclaration du sinistre sur le chauffage qui a bougé lors de l’affaissement de la maison ; le responsable du dossier chez ALLIANZ n’a toujours pas missionné un expert.
  • Le problème du chauffage a été rattaché aux ruissellements qui ne sont pas pris en charge (voir lettre de refus). De cette façon le sinistre n’est pas expertisé et toute réparation avant expertise nous priverait de toute réclamation.
  • Leur non intervention nous exposera au monoxyde de carbone qui heureusement se déroulera en pleine journée en présence d’un inspecteur et d’un expert ALLIANZ qui seront là pour confirmer le travail de leurs prédécesseurs.

En conclusion :

Nous étions en octobre et si le week-end avait été frais il ne faisait pas encore froid. Alors rassurez-vous pour le bébé c’était un gros rhume qui a été bien soigné.
ALLIANZ ne s’inquiétera pas de l’état de santé de l’enfant et du risque des grands froids qui approchent et encore moins de la menace mortelle au monoxyde de carbone que nous encourons. ALLIANZ ne missionnera aucun expert, refus de le lier ou d’une contre-expertise ? L’expertise sera réalisée par l’un des experts qui sera intervenu contre nous pour défendre la cause voisine au cours d’une expertise judiciaire et qui aura d’ailleurs réalisé un faux en expertise (voir plus loin).
Lors du dysfonctionnement du chauffage il aura vu le problème et aura eu à évacuer suite au déclenchement de l’alarme au monoxyde de carbone que notre fils ainé nous aura fait prendre. C’est cet expert qui émettra à des fins amiables un rapport sur le poêle qui dédouane toute responsabilité d’ALLIANZ (nous vous laissons le voir pour plus de détails), nous ne doutons pas qu’ALLIANZ en bénéficie à des fins amiables par ailleurs.

 

Défaut de qualité :

Cliquer pour télécharger le mail sur le défaut de qualité (faux médiateur ALLIANZ).

Les points forts :

  • Notre protection juridique et différentes personnes d’ALLIANZ sont en copie d’un mail où nous signifions que nous sommes en médiation avec M. JPL. Nul ne contestera son rôle de médiateur. Une fois devant le médiateur des assurances nous serons renvoyés en médiation devant le médiateur ALLIANZ.

En conclusion :

On nous fait perdre notre temps avec un médiateur qui ne l’est pas en fait. On nous aura opposé de réaliser une expertise contradictoire avec un expert payé par les deux parties au motif que nous allions être en médiation directement. Devant le médiateur des assurances, après avoir été renvoyés en médiation, ALLIANZ demandera à attendre l’issue du procès au motif que l’expertise juridique serait indépendante alors que l’inspecteur ALLIANZ appuyé par un expert d’assurance seront intervenus lourdement contre nous, jusqu’à réaliser un faux (voir la section sur le rapport faux de l’expert ELEX). Le défaut de qualité n’a pas eu la moindre incidence chez ALLIANZ à ce jour (rédaction Septembre 2012).

 

Les terres d’origine :

Je vous gratifie de deux liens de téléchargement !

Cliquer pour télécharger le plan de situation de Brigitte et Gilles.

Cliquer

Les points forts :

  • il est acté que notre terrain était dominant et que nous ne pouvions pas recevoir le moindre ruissellement
  • les deux documents relèvent une même réalité (c’est assez exceptionnel jusqu’à maintenant pour mériter d’être relevé !)

En conclusion :

L’eau ne pouvait pas venir jusque chez nous depuis le terrain voisin. Il n’y a rien d’autre à ajouter à l’évidence :roll: .

 

Notre réponse du 2010/11/14 au rapport CUNNINGHAM & LINDSEY :

Cliquer pour télécharger notre réponse au rapport de l'expert CUNNINGHAM & LINDSEY.

Les points forts :

  • nous constatons que les experts d’assurance n’arrivent pas à se mettre d’accord sur le même avis. Chaque expert apporte sa vérité technique sans la moindre preuve scientifique et en rejetant toutes nos explications.
  • nous nous étonnons des dommages non datables qui seraient selon l’expert tout de même datés très anciens car les dommages sont assez importants, et qui vont à partir de maintenant s’aggraver très rapidement par contre…
  • nous reprochons l’aveuglement de l’expert à ne pas voir les remblais et à ne pas comprendre que le grillage ne s’est pas retrouvé enterré comme ça sans raison et que les dommages qu’il subit ne sont pas le fruit d’une végétation « diabolique ».

En conclusion :

Nous contestons déjà le travail des experts alors que nous n’avons pour l’instant pas eu d’expert d’assurés car la vitesse d’exécution des expertises est déjà trop grande selon nous pour un diagnostic posé. Les divergences qui sont de grands écarts, autant que les explications ou l’absence d’explication nous contraignent à réagir.
Ce courrier restera lettre morte, aucune explication complémentaire ne sera demandée, pas de correction non plus.

 

Facture de terrassement :

Cliquer pour télécharger la facture de terrassement.

Les points forts :

  • La facture date de 1986 et montre que notre terrain qui était dominant sur les terres d’origine a reçu 16 camions de terre pour le paysager.
  • L’ajout de terre montre que le terrain n’est donc pas décaissé contrairement à ce qu’affirment certains rapports des experts mandatés par ALLIANZ. Le terrain est donc rencaissé.

En conclusion :

Notre terrain dominant sur les terres d’origine et donc à l’abri des ruissellements voisins a reçu encore de la terre. Le paysagement s’avérait protecteur du terrain voisin car il est conçu de sorte à guider les ruissellements vers des caniveaux qui dirigent l’eau vers un puisard. Certaines expertises reconnaissent que les ruissellements doivent exister mais ce document associé aux terres d’origine démontre que cela n’aurait pas dû être possible ! En effet sur un terrain dominant si on ajoute des terres par rapport au terrain voisin devient-il dominé ? Je devine la réponse ! :lol:

 

Photos terrain voisin septembre 2005 :

Cliquer pour télécharger la photo du terrain voisin en 2005.

Les points forts :

  • Sur les deux photos notre propriété est sur la droite. On peut voir que notre terrain domine celui du voisin
  • On peut voir que le grillage sauf en son point milieu est en bon état général contrairement aux photos des expertises des experts missionnés par ALLIANZ à partir de 2009.

En conclusion :

Ces photos confirment ce que les terres d’origine attestent : notre terrain était bien dominant et ne pouvait qu’être épargné par les ruissellements. Les experts envoyés par ALLIANZ et notre protection juridique filiale d’ALLIANZ on beaucoup critiqué les grillage mais aucun n’a analysé les motifs de ses dommages.Le grillage après des décennies sous les thuyas s’est plus dégradé entre fin 2005 – 2009, qu’entre 1984 – 2005. La construction illégale et les remblais du voisin réalisés en 2006 ne sont pourtant pas mis en cause.
Il est par ailleurs à noter que la thèse de la végétation « diabolique » que nous relevions contre le rapport CUNNINGHAM & LINDSEY est mise à mal par ces photos.

 

Expertise de 2008 :

Cliquer pour télécharger l'expertise immobilière de 2008.

Les points forts :

  • Voici une autre belle expertise, on peut constater le soin apporté à sa réalisation quand on la compare à d’autres expertises que nous vous offrons en téléchargement (même si c’est mal scanné ;) )
  • L’expert parle d’une bonne qualité des matériaux (nos fenêtres ont 30 ans et fonctionnent toujours sans problème et c’était du double vitrage tout de même !).
  • Il n’est pas mentionné de problème significatif.

En conclusion :

Cette expertise parle d’une maison en bon état général, qui ne souffre pas de gros défauts à part un mur de terrasse (qui n’appartient pas à la construction initiale) qui est endommagé (remplacé depuis par une jardinière) et du papier peint de la cuisine.
Aucun problème d’humidité n’est évoqué, la fosse à vidange n’est pas signalée comme remplie d’eau, le marbre n’est pas marqué comme endommagé. Chez ALLIANZ on va nous suggérer l’idée que l’expert n’a pas dit que tout allait bien et que donc nous n’en avons pas la preuve. Franchement, si l’expert avait vu plusieurs milliers d’euros de marbre à reprendre il ne l’aurait pas mis et aurait choisi de se focaliser sur l’état du papier peint ? Pour toute notre famille dire cela est simplement ridicule.
Et j’ose le réécrire : nous l’avons réalisée après avoir manqué de mettre le feu chez nous. Nous avions d’ailleurs été parfaitement pris en charge par EUROFIL.

 

Contrat A L L I A N Z – section dégâts des eaux :

Cliquer pour télécharger l'extrait du contrat ALLIANZ section dégâts des eaux.

Les points forts :

  • Pas grand chose à dire à part que l’on est pris en charge en cas d’orage… Nous avions fait notre déclaration suite à un orage.
  • Il est écrit qu’ALLIANZ s’occupe de faire les recherches en cas de problème.

En conclusion :

Nous avons déclaré notre sinistre après un orage qui nous a éclairés sur ce qu’il se passait chez nous. ALLIANZ est censé prendre en charge les frais de recherche, les experts n’ont pas déterminé de cause à nos problèmes, ils ont évoqué des eaux de ruissellements provenant de partout (sur quelle base scientifique l’expert déclare-t-il cela ?) ou encore sur la présence de source (écartée par une véritable analyse de géologie). C’est Christophe qui nous a permis de payer l’expertise de géologie pour montrer ce qu’il se passait en sous-sol. Expertise rejetée parce qu’elle s’intéressait trop aux ruissellements et pas assez aux fondations de 30 ans !

 

Nos BONUS, slider, timeline, chronologie…

Cliquer pour télécharger nos sliders d'un employeur qui assure.

Cliquer pour télécharger la timeline.

Cliquer pour télécharger le calendrier des événements.

Cliquer pour télécharger le marque-page d'un employeur qui assure.