Allianz & nous de A à Z (page 1)

Vos questions fréquentes sur nous avec
ALLIANZ de A à Z !

 

Nous avons tenté de faire un petit tour d’horizon des questions que l’on nous pose souvent. Nous vous souhaitons bonne lecture !!!

 

A comme Assurance …

« Toutes les assurances ne se valent-elles tout de même pas ? On dirait que vous découvrez un peu le système. »

Nous ne le pensons pas, nous avions provoqué un incendie dans notre cuisine et notre ancien assureur (EUROFIL, il n’y a pas de raison de ne pas citer les bons élèves ;)   ) avait tout pris en charge.
Par ailleurs c’est également  notre ancien assureur qui nous a dit que nous devions être vigilants à la prescription de la biennale. C’est encore et toujours notre ancien assureur qui nous a signifié que nous avions toujours été assurés et que notre sinistre devait être pris en charge et que c’est à la date de constatation que nous devions nous référer suivant le code des assurances.
Notre ancien assureur a même tenté de voir s’il pouvait remettre ça en assurance juridique chez lui puisqu’ALLIANZ tentait de nous renvoyer vers eux et comme les sinistres ont été découverts après souscription du nouveau contrat une prise en charge juridique n’a pas été possible.
C’est tout dire !

 

B comme Boycott …

« Faut-il boycotter ALLIANZ ? Pourquoi n’appelez-vous pas au boycott ? »

Premièrement c’est interdit et nous le pensons le boycott est un procédé très malsain dans sa finalité. En effet, une société réputée peut très bien mal tourner et inversement une société mal gérée peut se reprendre.
Deuxièmement, non il ne faut pas boycotter ALLIANZ des gens très bien y travaillent ! Je pense à mon mari par exemple :roll:

 

C de Changement …

« Allez-vous tout changer pour un autre assureur ? Pourquoi ne pas l’avoir fait immédiatement ? »

Premièrement nous sommes convaincus que regrouper tous les contrats chez un même assureur ou dans les filiales d’un même assureur c’est se priver de moyens d’action et donc nous pensons que désormais nous allons dissocier nos contrats.
Pour répondre, oui nous allons changer d’assureur quand nous serons en mesure de le faire, mais nous ne le ferons pas que pour un assureur unique.

Deuxièmement, si vous vous trouvez dans un cas de litige comme celui que nous rencontrons, vous devez rester chez votre assureur. Vous continuez de payer votre assurance et pendant ce temps là votre assureur rattache, chaque fois qu’il le peut,  tout nouveau sinistre sur le dossier initial d’un sinistre qui selon lui n’existe pas, l’assureur peut donc ne rien faire du tout pour vous puisque le prétendu sinistre initial n’existe pas, il n’y a pas d’héritage possible vers de nouveaux sinistres.

La bonne nouvelle : vous ne pouvez plus avoir de sinistres ! (hum théoriquement…)
La mauvaise c’est que vous assumez tout par vos propres moyens ce qui ajoute un poids à vos finances comme si vous n’étiez pas assurés !

En dissociant votre protection juridique de votre assureur vous avez a priori une chance qu’elle vous défende alors qu’on voit mal une filiale attaquer sa maison mère.

 

D de dépression !

« Comment avez-vous pu en arriver là ? Pourquoi ne pas partir avant que la maison ne perde de sa valeur par exemple ? »

Il faut savoir que Gilles est handicapé à 80 %. Il n’a jamais pénalisé son entreprise de par son handicap au point que beaucoup ignorent ou ignoraient son état de santé.
Lorsque nous avons pris connaissance du problème nous avons espéré que notre assureur allait nous aider, car souscrire un nouveau crédit pour une nouvelle acquisition à notre âge dans notre situation est quasi-impossible.

Nous ne pensions pas que la situation allait empirer à ce point : fissuration du marbre, affaissement, perte du chauffage, exposition volontaire de notre assureur au risque mortel du monoxyde de carbone,  privation d’une vie de famille normale et de pouvoir profiter de notre petit-fils…

Nous avons alors dépensé beaucoup de notre énergie à lutter contre les éléments : vider la fosse en plein hiver après le travail, le week-end etc… et contre notre assureur ALLIANZ qui avançait des thèses sans en apporter la moindre preuve et après des heures de labeur nous devions contester en prouvant notre bonne foi. Un assureur doit prouver ce qu’il avance et en ne le faisant pas il s’oppose au code 1350 des assurances. Les nuits de sommeil s’en vont vite, vite, vite…
Gilles est fort il a mis longtemps avant de craquer alors qu’il était attaqué aussi de « l’intérieur » puisque notre assureur est son employeur. En rentrant, il n’avait plus de repos possible c’était soit physique il devait se battre contre l’eau, la boue et l’humidité, soit se battre pour prouver que nous étions et sommes toujours intègres.

Une fois les dégâts présents et lorsque vous savez que les ruissellements existent alors si vous vendez sans en parler, vous  risquez gros et si vous en parlez soit vous ne vendez pas soit vous vendez pour une misère et nous avons encore du crédit à payer sur cette maison, alors que faire ? Perdre notre maison qui est l’investissement de notre vie pour laisser aux autres le droit de ne pas respecter leurs obligations et la loi ?
Nous avions en tête et nous conservons l’idée que notre honnêteté, notre intégrité et notre respect des lois sont nos meilleurs atouts.

 

Le E d’Experts :

« Les experts d’assurance doivent respecter la déontologie des experts et être objectifs : Pourquoi les remettre en cause ? »

Déjà il existe des experts d’assurance et des experts d’assurés. Si ces deux catégories d’experts existent cela n’est probablement pas sans raison.

Nous percevons cette différence : un expert d’assurance est régulièrement mandaté par l’assureur qui devient un client régulier lui assurant son travail alors que l’expert d’assuré intervient une fois et dans notre cas il était payé d’avance pour rester indépendant sur son travail et ses conclusions.

Quand un expert d’assurance intervient

-           par temps sec et à l’œil vous dit que les ruissellements sont imputables à tout le monde et à personne.

-          Qu’il le fait sans la moindre mesure altimétrique et en rejetant le relevé des terres d’origines des deux propriétés.

-          Quand vos dégâts sont associés à de la vétusté : le propre d’une fosse à vidange vétuste est-elle de se remplir d’eau ?

-          Pareil, quand un expert déclare avoir besoin de valider son expertise avec des confrères alors qu’il se permet de conclure sur des éléments qu’il n’a pas analysés…

-          Pire quand un expert déclare avoir assisté à une scène à laquelle il n’était pas

-          Encore pire quand un expert fausse la réalité du déroulement des faits afin de vous nuire

Peut-on accepter et laisser faire ?

Après c’est vrai que les experts travaillent pour des sociétés qui ne sont  pas ALLIANZ, seulement ALLIANZ les emploie couramment alors on se doute bien qu’il y a un lien fort entre eux, c’est humain (et financier :?: ).
Il existe des expertises très contestables (l’histoire est remplie d’innocents envoyés en prison à tort sur la base de travaux d’experts, etc…). Le conflit d’intérêts existe comme cela semble avoir joué pour un médicament qui a fait l’actualité et qui serait un coupe faim en réalité…

 

Allianz & nous de A à Z (page 2)